«

»

Nov 07

Contre l’appauvrissement des femmes, le partage des droits à la retraite : c’est pour quand ?

Le rapport annuel du secours catholique a révélé, sans surprise, que l’évolution de la pauvreté touche

muriel-boulmier.com

davantage les seniors et plus pa

rticulièrement parmi eux, les femmes.

La retraite versée aux femmes est inférieure d’en moyenne 42% à celle des hommes : carrières moins bien rémunérées, contrats préca

ires plus fréquents, interruption de carrière pour élever les enfants…

les femmes arrivent à l’âge de la retraite sans totaliser les trimestres nécessaires à une retraite à taux plein.

Mais la vie ne s’arrête pas à 60 ans, le nombre des divorces s’accroît et les femmes seules de plus de 70 ans seront les nouveaux visages de la pauvreté.
Il est nécessaire de prendre en compte l’évolution contemporaine de la société et la situation encore spécifique des femmes devenues seniors, modernisons notre pensée et osons de vraies réformes plutôt que de vieilles solutions qui ne fonctionnent plus. La dernière réforme des retraites de 2013 a repoussé l’examen de la situation des femmes à 2020 !

En place depuis déjà de nombreuses années chez nos voisins (Allemagne, Royaume-Uni, Suisse…), le partage des droits à la retraite est une solution efficace. L’idée est simple : ajouter au pot commun des biens acquis pendant le mariage les droits à la retraite, et donc conférer une nature patrimoniale à la retraite. Ainsi, en cas de divorce le partage est effectué équitablement de façon beaucoup plus juste.

Les différences de ressources hommes femmes à la retraite n’est pas qu’un effet de génération, les femmes nées en 1970 subiront encore cette différence de manière significative. Alors se plaindre ou réformer ?