Une spécialité : le vieillissement démographique

Le vieillissement… c’est une révolution silencieuse ! Depuis 20 ans, l’espérance de vie progresse d’un trimestre par an – elle atteint aujourd’hui 87 ans pour les femmes en France. En Europe, les plus de 62 ans sont plus nombreux que les moins de 15 ans. Cette tendance vaut pour toute l’Union Européenne, dont 17 % de la population (la plus âgée du monde) a plus de 65 ans. L’Italie, l’Allemagne et la Grèce ont le plus fort taux de seniors. L’âge médian est aujourd’hui de 40.6 ans en Europe, 40.2 en France et 42 ans en Allemagne.

La transition démographique suscite l’amorce de la Révolution démographique et sociale. Le nombre d’actifs diminue et le nombre de seniors au augmente : en 2030, 20 millions de Français auront plus de 60 ans, et 15 millions moins de 20 ans. La progression la plus spectaculaire s’observe chez les plus de 75 ans (x3) et les plus de 85 ans (x4). Dès aujourd’hui les plus de 60 ans représentent 23 % des Français et les moins de 20 ans sont eux 25 %. Ce sont donc des groupes équivalents.

Cette heureuse évolution constitue un défi sociétal considérable. Comment y faire face sans y consacrer une approche objective et les moyens conséquents qui ne sont pas forcément financiers ?

Et c’est ainsi que de Bruxelles, ce sujet exploré avec mes collègues des autres pays de l’Union est devenu l’objet des deux missions ministérielles [1] en France et en Europe qui me furent confiées, et le thème de mon livre « Arrêtez de nous prendre pour des vieux ».

J’ai aussi été sollicitée comme expert Logement en 2011 pour le « Débat national sur la dépendance ».

 

Cette expérience a fait naître trois convictions :

1 – Il y a un espace de vie long entre la fin de l’activité (la retraite) et le grand âge, celui de la dépendance qui apparaît au-delà des 80 ans, presque 27 ans.

2 – Le sujet de la dépendance est une réalité affective et économique, et à ce titre elle attrait toutes les politiques publiques, sans véritable efficacité. Mais les autres politiques de l’âge deviennent alors l’angle mort des politiques publiques alors que le temps long du vieillissement en bonne santé repousse l’âge de la vieillesse.

3 – Pour faire face aux défis qui s’imposent à nous, nous avons besoin de politiques publiques ambitieuses et ciblées.

 

 

 

[1] « L’adaptation de l’habitat au défi de l’évolution démographique : un chantier d’avenir » 2010- « Bien vieillir à domicile, enjeux d’habitats, enjeux de territoire » 2012

Autres ouvrages sur le vieillissement démographique

Arrêtez de nous prendre pour des vieux, 2013 Bien vieillir à domicile : enjeux d’habitat, enjeux de territoires (La Documentation Française, 2012) L’adaptation de l’habitat au défi de l’évolution démographique : un chantier d’avenir (La Documentation Française, 2010)

Voir la page »

Travaux ministériels

Voir la page »