Les Propositions

pour un environnement favorable à l’adaptation de l’habitat au défi de l’évolution démographique

Le défi démographique du vieillissement de la population…

  • encore majoritairement féminine, presque 60 % des + de 65 ans ;
  • plutôt en bonne santé ;
  • plutôt urbaine (80%) ;
  • dont la durée de vie, après la cessation d’activité, sans incapacité s’annonce plus longue que celle en situation de dépendance ;
  • dont la structure des revenus va se dégrader ;
  • dont l’environnement familial a évolué ;
  • dont le réseau social est structuré ;
  • dont l’engagement civique est actif ;

appelle une réflexion autour de l’adaptation de son habitat, car :

  • la proportion de propriétaires y est prépondérante (75% pour les plus de 60 ans, 58% pour l’ensemble de la population) ;
  • les plus de 60 ans ont majoritairement une mobilité résidentielle faible ;
  • neuf sur dix déclarent vouloir vieillir à domicile, (65 % des plus de 90 ans sont encore chez eux) ;
  • l’adaptation du logement constitue une sécurité pour les occupants vieillissants et une prévention contre les risques liés aux fragilités qui apparaissent, naturellement et en dehors de toute pathologie, avec l’âge ;
  • le risque a un coût social encore plus élevé avec l’âge ;
  • l’adaptation du logement existant peut être réalisée par des professionnels à prix abordables ;
  • l’innovation, dans les logements neufs, ou existants, est un service rendu au consommateur et à la compétitivité des entreprises, publiques ou privées.

L’attention des politiques publiques coordonnées par le pôle santé et celui des affaires sociales est encore centrée sur la vieillesse et sur la dépendance. La proposition de ce rapport est de s’inscrire dans une politique d’accompagnement du vieillissement de la génération intermédiaire des plus de 60 ans vers le grand âge. L’habitat y tient un rôle pivot. Les 32 propositions qui suivent visent à :

  • différencier clairement la politique du vieillissement de celle de la vieillesse, qui est un risque couvert par la protection sociale ;
  • offrir aux acteurs du logement des partenariats avec les filières économiques, en complément de ceux de la santé ou du secteur médico-social ;
  • valoriser le bénéfice social de proposer des logements adaptés et évolutifs comme élément de prévention ;
  • susciter et encourager l’approche design pour tous, au sens du confort d’usage et d’esthétique partagés ;
  • organiser la relation intergénérationnelle au sein des instances de démocratie représentative, professionnaliser les nouveaux métiers,
  • valoriser les nouveaux modes de vie ;

… parce que cette génération intermédiaire, c’est : « plus si jeunes, mais pas si vieux ! »

Premier axe : Renforcer le rôle de l’habitat

Promouvoir l’adaptation de l’habitat au vieillissement comme un axe fort de la politique du logement. Proposition n° 1 : Constituer l’adaptation de l’habitat au vieillissement et les nouveaux modes de vie en axe fort de la politique du logement, en lien avec l’urbanisme. Proposition n° 2 : Créer une rubrique fournie sur le site du …

Voir la page »

Deuxième axe : professionnaliser, un gage d’efficacité

Le logement neuf, segment essentiel de l’offre nouvelle adaptée, appartient au vocabulaire de l’innovation, l’adaptation du logement existant appartient au vocabulaire de la remise en état. Or il exige, de la même manière que le neuf, la maîtrise de la règle de l’art, à laquelle s’ajoute le pouvoir d’appréciation de la situation de la contrainte …

Voir la page »

Troisième axe : mobiliser les professionnels, développer les partenariats

Proposition n° 11 : Veiller à ce que les documents d’urbanisme prennent en compte les évolutions démographiques du vieillissement dès le SCoT et soient déclinés dans les règles des PLU, des PDU et PLH. Les documents d’urbanisme sont des outils privilégiés de prévision d’orientation, de programmation à l’initiative des élus, associés à la consultation publique. …

Voir la page »

Quatrième axe : Favoriser l’intergénérationnel au sein de l’habitat

L’intergénérationnel est un objectif souligné par l’ensemble des politiques publiques, l’aborder pour l’habitat suppose d’envisager plusieurs hypothèses de travail et de territoires. Il s’agit, non seulement, de construire un cadre structuré qui permette de multiplier ce mode d’habitat mais aussi d’en évaluer le nombre et la qualité des services rendus. L’objectif est de faire concorder, …

Voir la page »

Cinquième axe : Suggérer une évolution des financements des travaux

L’ambition de rester à domicile nécessite ou d’adapter son logement, ou d’aller vers un logement adapté en qualité de propriétaire ou de locataire. Il convient que les équipements prémunissent aussi des accidents de la vie courante. Proposition n° 20 : Généraliser le CESU préfinancé par l’APA (tout ou partie) mais aussi par les autres financeurs …

Voir la page »

Sixième axe : Renforcer la coopération européene

Le défi démographique est celui de l’Europe, c’est une préoccupation affichée par la Commission européenne, en terme d’emplois, mais aussi d’accueil des seniors, de leur « domicile ». La Fédération européenne du logement social, le CECODHAS, est très engagée dans cette réflexion. L’échange entre pays et un cadre proposé sur la base de « méthode …

Voir la page »

Septième axe : Valoriser – Convaincre

Adapter l’habitat au vieillissement projette encore l’image de l’installation de matériels inspirés du milieu hospitalier, perception, anxiogène pour les intéressés et leurs familles. La faire évoluer, comme évolue, sans bruit, la transformation de la composition générationnelle de notre société, mérite une action concertée, grand public, qui propose une vision sereine et dynamique du vieillissement dans …

Voir la page »