Avant propos

Le précédent rapport « Adaptation de l’habitat au défi de l’évolution démographique : un chantier d’avenir » a mis en perspective les enjeux qui permettent différentes approches du lien entre le vieillissement de la population française et européenne, et l’habitat. Il présente aussi les réalisations innovantes et reproductibles pour un habitat adapté et abordable.

A l’issue de la remise de ce premier rapport à Monsieur le Secrétaire d’Etat chargé du Logement et de l’Urbanisme, en octobre 2009, une trentaine de rencontres, a permis d’en débattre. Ce fut l’occasion de recueillir les commentaires d’univers différents qui ont continué à enrichir la réflexion.

Benoist Apparu, Secrétaire d’Etat chargé du Logement et de l’Urbanisme, m’a ensuite confié cette seconde mission dont l’objet est de proposer, pour l’habitat, des cadres opérationnels pour « bien vieillir à domicile», avant les situations de grande dépendance.

Je tiens à le remercier pour la confiance renouvelée qu’il m’a témoignée.

Les douze propositions de ce rapport s’entendent dans le contexte descriptif des enjeux présentés dans le premier rapport. Elles ont été élaborées sur la base des auditions réalisées entre janvier et mai 2010.

Les auditions ont permis des échanges avec des partenaires qui, pour certains, ne sont pas traditionnellement engagés dans ce champ de compétences. Leurs observations ont nourri une approche large et fructueuse. Elles ont esquissé les tendances qui vont apparaître dans un temps court autour de ce phénomène massif du vieillissement.

Trois d’entre elles, qui dépassent le cadre de ce rapport, sont particulièrement significatives :

  • le nombre des situations à gérer sera tel que la contribution publique ne peut pas y suffire, celle des acteurs familiaux et privés sera indispensable,
  • ne pas parvenir à « nommer » les personnes vieillissantes signifie que leur place n’est pas encore reconnue. L’organisation de leur parole et de leurs attentes sera peut être l’action que mènera cette nouvelle génération intermédiaire,
  • le déséquilibre des âges, le non renouvellement des générations, posent la question des décisions à prendre pour relancer le dynamisme démographique, source de croissance économique, sans heurter les intérêts de la classe d’âge majoritaire que seront les personnes vieillissantes.

Pour cette diversité d’analyses, de mises en perspective, je souhaite remercier vivement chacun de celles et ceux qui ont accepté de venir, de tout le territoire, consacrer du temps à ces échanges.

C’est grâce à la pertinence de leurs remarques, de leurs expériences que ce rapport a été construit, et que traiter ce sujet me paraît toujours aussi passionnant.

Je souhaite adresser un remerciement particulier à Elisabeth Gras qui m’a accompagnée tout au long des travaux de cette mission, mais aussi aux membres du Cabinet de Monsieur le Ministre qui se sont montrés disponibles et attentifs.