Lumière bleue d'ambulance

Elle l’aime encore

Elle l’a tant aimé, il faut dire qu’il a mis de la patience et tant de gentillesse à l’approcher, à lui faire plaisir, des attentions qui montrent le plaisir d’être ensemble.

Une fois le couple installé, la vie devient plus banale. La vie !
 
Chacun travaille, le premier enfant, la maison parfois. Elle se démultiplie comme une déesse à plusieurs bras, elle rend la maison accueillante, s’occupe des enfants, gère le budget au mieux pour payer les emprunts et que personne ne manque de rien.
Une femme exceptionnelle, oui comme des millions d’autres.
 
Mais voilà le temps des remarques, qui se transforment en reproches, en privé, puis en public sous forme de plaisanteries blessantes. Elle devient triste, mais il faut bien rire lui dit-il et tu n’as pas le sens de l’humour.
 
Et puis un soir, la tension est plus forte et la première gifle part.
 
Elle se demande ce qu’elle a fait de travers, forcément quelque chose pour qu’il se sente obligé de lui faire mal.
Il demande pardon, dit que ça ne se reproduira pas, qu’il ne sait pas ce qui lui a pris. Pourtant le repentir est éphémère, il dure jusqu’à la prochaine gifle, puis celle d’après, plus forte.
 
Partir, oui, elle y pense, mais son enfant, leur enfant et la maison ! Elle a tant et tant travaillé, économisé pour cette maison. Et les parents, que dire aux parents ? Sa sœur ? Mais va t-elle la croire ? Son mari est si sympathique, si serviable.
 
Elle ne dit rien, et un soir elle se retrouve à l’hôpital, c’est plus fort, sans doute parce qu’il y a eu cette fichue soirée avec les copains et une bière de trop et qu’elle lui a conseillé de ne pas conduire.
 
Mais lui… il sait et elle non.
 
L’emprise est forte, elle le sait.
Elle se tait encore.
Et quelques temps après elle se tait pour toujours parce que sa tête a heurté le coin en métal de la table.
 
Oui. Elle l’a tant aimé.
 
Soyons observateur, vigilant, parlons sans juger cette femme que vous sentez fragile, en retrait et qui n’ose pas. Sans imposer, mais en accompagnant avec patience la décision tellement difficile qu’elle doit absolument prendre.
Nous l’accueillerons, ici ou ailleurs dans nos associations, pour qu’elle se sente une femme à part entière, libre sans être jugée ou rabaissée et qu’elle ait envie d’une vie simplement normale sans la peur qui emprisonne.
 
Ce combat est celui des hommes et des femmes, c’est le nôtre.
 

Violences Femmes Info – 3919

  • Écoute, informe et oriente les femmes victimes de violences, ainsi que les témoins de violences faites à des femmes.
  • Traite les violences physiques, verbales ou psychologiques, à la maison ou au travail, et de toute nature (dont les harcèlements sexuels, les coups et blessures et les viols).

Par téléphone : 39 19 (appel gratuit depuis un téléphone fixe ou mobile)

  • Ouvert 24h sur 24 et 7 jours sur 7
  • Appel anonyme
  • Appel ne figurant pas sur les factures de téléphone