univers

Il est né quelque part !

La notoriété révélée au monde amène toujours la même question quand on la sent proche de nous : qui c’est ? Il est né où ?
 
Pas d’échappatoire pour Alain Aspect, prix Nobel de physique.
 
Alors selon d’où l’on se place, il est d’abord européen, comme l’est son partenaire autrichien, partageant ensemble avec un américain la noble distinction.
Mais il est français ajoutent ceux qui entendent préciser, il est aquitain rétablissent les fiers du sud ouest, mais il est lot-et-garonnais disent les autres en pointant le rayonnement local, mais non, Agenais puisqu’il y est né clarifient ses compatriotes, et Astaffortait détaillent les habitants du petit village ; ses parents y étaient instituteurs.
 
Astaffort, la pépite qui partage Alain Aspect, prix Nobel, et Francis Cabrel, au succès planétaire.
 
Alors, ce prix Nobel ? L’intrication quantique.
 
Le premier à avoir porté la physique quantique au rang de star, c’est Albert Einstein. Et voilà que le lot-et-garonnais détrône la découverte du maître, en partageant néanmoins avec lui le culte de la moustache.
 
De quoi s’agit-il ? Pour aller plus loin que le chauvinisme ambiant, il faut en dire deux mots, avec humilité et l’indulgence sollicitée.
Dans le monde quantique d’Alain Aspect, deux particules séparées peuvent agir de manière coordonnée tout en étant éloignées, sans communiquer. Ce sont les lois du monde à toute petite échelle. Comme des minimoys plus petits que les lilliputiens.
C’est l’histoire de l’infiniment petit, au-delà de l’univers des microscopes, celle des particules élémentaires, des photons, l’un des constituants les plus petits de l’univers, qui transporte l’énergie pure. La particule à durée de vie illimitée qui transporte un morceau de lumière.
Les particules ne se connaissent pas, ne se touchent pas, ne communiquent pas et pourtant elles partagent leurs destins et leur secrets pour l’éternité.
Comme une histoire d’amour à l’infini.
 
Les travaux d’Alain Aspect ouvrent la voie à d’innombrables innovations dont l’ordinateur du futur capable de contenir une quantité d’informations simultanées.
Ainsi, la physique quantique nous emporte dans un univers romanesque, qui va d’Astaffort au bout de l’univers.
 
Plus rien n’a de limite, pourtant… comme chante Maxime Le Forestier, « il est né quelque part », et c’est ici.