Dame senior en robe verte au téléphone

La colère de Tata Simone

La semaine dernière comme je l’avais prévu, j’appelle ma Tata Simone, la sœur de Tata Suzanne, pour lui parler de Twitter. Amatrice des réseaux sociaux, j’imaginais qu’elle aurait une idée sur la question.

Mais voilà que je la trouve dans tous ses états, fébrile, agitée et en colère.

Tata Simone a été victime de fishing : d’une arnaque au téléphone.

Nous sommes tous démarchés par mail ou par téléphone pour vérification par la banque, promesse de l’administration fiscale de rembourser des impôts, pour bénéficier de fonds formation ou encore pour une prime Ma Renov ou Adapt, ou pour payer moins cher l’énergie. Et beaucoup d’entre nous n’y répondent pas.

Désormais, il existe une prudence : ne pas donner ses codes, aucun et encore plus, ceux financiers ou bancaires.

Mais il y a une escroquerie plus pernicieuse celle de la carte vitale. Sms ou mail vous incite à récupérer une nouvelle carte vitale. Souvent la demande vient aussi d’une fausse adresse AMELI.

Une réponse et hop l’amorce est en cours.

C’est ce qui est arrivé à Tata Simone. Croyant bien faire elle a donné les sésames qui ont permis aux voleurs de l’appeler sous couvert de sa banque, au prétexte qu’il manquerait des informations confidentielles, dont le code carte bleue, pour se faire rembourser.

Tout le monde poli, patient, accompagnant ma Tata, crédule, à trouver ses infos (qu’elle cache pourtant précieusement).

Bien sûr, l’aventure ne fait que commencer pour Tata Simone. Peu de temps après elle reçoit son relevé bancaire qui lui apprend qu’elle a acheté un canapé.

Après avoir failli s’étrangler, la voilà partie à la gendarmerie.

Point d’étonnement du gendarme : « Ma pov’dame vous êtes la 8ème cette semaine ».

Après avoir assuré que sa carte n’a pas été volée et qu’elle n’a fait aucun retrait récemment, le gendarme lui pose des questions qui lui permet de dévoiler à ma Tata le pot-aux-roses. La démarche carte vitale a été le déclencheur, le 2e appel a donné les clés.

Et voilà comment s’envole l’enveloppe dédiée au père Noël, par mégarde, Tata Simone est en colère mais surtout vexée de s’être fait arnaquer comme une adolescente. Elle veut bien revenir à ses jeunes années mais pas comme ça. Positive, Tata se résigne, jamais trop tard pour apprendre la prudence dit-elle.

Prenons tous à notre compte le proverbe russe, la confiance n’exclut pas le contrôle.

Bonne semaine.

 

Chronique diffusée sur 47fm le 18 novembre 2022.