Muriel Boulmier prend la parole lors de la plénière du conseil régional

Plénière du Conseil Régional

Je suis intervenue à 3 reprises lors de la plénière du Conseil Régional du 12 octobre 2021.
Retrouvez ci-dessous mes 3 interventions.

Sur les métiers de l’autonomie et du grand âge

« L’examen de cette délibération m’amène à regretter devant notre assemblée l’abandon de la loi grand âge par le gouvernement bien que le nombre des plus âgés s’accroît, que leur accompagnement est une préoccupation de nos concitoyens démunis pour s’occuper de leurs proches, alors que les places en établissement sont insuffisantes et trop coûteuses.
Le rapport de Michel Lafforcade montre l’urgence de mesures efficaces, nous les exprimions déjà, ensemble, lorsque nous siégions au grand chantier dépendance en 2012, il y a presque 10 ans.
Dans notre région, la plus âgée de France, les femmes majoritaires (65% des plus de 85 ans) ont le triste privilège de cumuler les ressources les plus faibles et les pathologies les plus invalidantes, 70% des sévèrement dépendants.
Notons qu’hommes et femmes vivent majoritairement à domicile.
C’est dire si ces formations sont attendues, même si nous savons que l’enjeu sera de vaincre la désaffection pour ces métiers.
Cependant la sélection s’appuyant sur le savoir être des candidats laissant à la formation leur donner le savoir-faire est une approche que nous appelons de nos vœux.
La prédominance du domicile appelle au moins deux observations : le sort des aidants et les conditions de travail des intervenants.
Aussi au titre de territoire d’expérimentation dans lequel vous nous proposez d’inscrire la Région, nous pourrions envisager d’étendre la formation des auxiliaires de vie aux aidants qui n’ont de savoir que leur bonne volonté, ce qui les met en difficulté physique et psychologique.
De la même manière nous pourrions accompagner la création des maisons de répit notamment dans leur fonctionnement en y accueillant par exemple ceux qui suivent ces nouvelles formations en stage.
Enfin l’adaptation du logement est insuffisante pour les âges avancés, ce qui rend les conditions de travail des intervenants pénibles.
Or si ce sont des chantiers entrepris de longue date par le secteur HLM, ceux financés par l’Anah dans le parc privé ne sont pas répertoriés, pas plus que l’occupation en est suivie.
J’ai mis de l’espoir dans la création du gérontopole, financé par la Région, or, force est de constater, la difficile lecture de son action.
Nous pourrions les solliciter pour aider la Région à répertorier un certain nombre de logements et améliorer les aménagements nécessaires.
Nous voterons cette délibération. »

Sur le dispositif : petites villes de demain.

Un outil pour le développement de nos territoires de Nouvelle-Aquitaine.

Sur le thème de l’économie sociale et solidaire